Toutes les News

Grosse affluence à la conférence de presse organisée par The Ocean Mapping Expedition à bord de Fleur de Passion, mercredi 4 avril 2018 à Jakarta et malgré l’organisation que l’événement a demandé du point de vue logistique, le voilier étaat à l’ancre à l’extérieur de la marina.
En présence de l’ambassadeur de Suisse en Indonésie, Mme Yvonne Baumann, l’équipage a accueilli une trentaine de journalistes pour une expérience tout à fait unique pour eux: « embarquer » sur un voilier suisse et découvrir de l’intérieur l’esprit et les différentes facettes d’une expédition qui les aura manifestement marqués, si l’on en juge par les nombreuses retombées qui ont suivi et dont voici quelques exemples (cliquez sur le lien pour voir l'article):
TV Kompas
TVRI
The Jakarta Post
Okozone
Medcom.id
Merdeka.com
Metrotvnews.com
Kompas.id
Liputan6.com
Aksi.id
Rmollampung.com
Medcom.id
Un très grand merci à l’ambassade pour son soutien et pour son rôle dans ce qui aura été un très grand succès.

Jeudi 29 et vendredi 30 mars 2018, un 149e puis un 150e prélèvement d’eau de surface dans le cadre du programme Micromégas de cartographie de pollution micro-plastique, en collaboration avec l’association genevoise Oceaneye, ont été effectués à l’approche puis dans le détroit de Bangka, le long des côtes sud-est de Sumatra.

Dans le 150e réalisé à la nuit tombante, on percevait très nettement la phosphorescence du plancton. Mais dans le précédent, réalisé sous un soleil éclatant, le constant s’imposait de lui-même à l’oeil nu, comme les photos en gros-plan de la chaussette en attestent.

Pour retrouver la cartographie en cours de cette pollution micro-plastique réalisée par The Ocean Mapping Expedition dans le sillage de Magellan, consultez la nouvelle interface développée par Oceaneye et qui permet de suivre les échantillons au fur et à mesure de leur analyse: www.qgiscloud.com

La dessinatrice genevoise a embarqué à Singapour fin mars 2018 pour la traversée d’une semaine qui doit mener The Ocean Mapping Expedition jusqu’à Jakarta le 2 avril. Après Maurane Mazars en début d’année, elle est la douzième participante du programme culturel Dans le miroir de Magellan, qui consiste à accueillir des illustrateurs de bande-dessinée en résidence à bord de Fleur de Passion.

Dès son arrivée à bord quelques jours avant le départ, Cécile Koepfli s’est livrée à une interprétation personnelle du Santo Niño, la statuette colorée de l’enfant Jesus reçu par l’équipage lors de l’escale à Mactan, aux Philippines. En prévision de l’arrivée de futurs passagers, l’objet avait été sortie de la couchette qui lui servait de lieu de rangement et il trônait à la barre en attendant qu’une meilleure place lui soit trouvée. C’est là, à côté de la barre donc, que pour la première fois depuis son arrivée à bord, il a été immortalisé sous forme d’une aquarelle.

Depuis son lancement depuis Séville en avril 2015, The Ocean Mapping Expedition conduit le programme 20’000 sons sous les mers sur la pollution sonore des océans, en partenariat avec le Laboratoire d’applications bioacoustiques (LAB) de l’Université polytechnique de Catalogne à Barcelone, poursuit sa récolte de bruits sous-marins, qu’ils soient d’origine naturelle et animale ou le produit de l’activité humaine (transport maritime, sonars, prospection gazière et pétrolière entre autres).

A Singapour le 14 mars, lors de la conférence de presse organisé à l’occasion de l’escale de Fleur de Passion dans la ville-Etat, le biologiste et ingénieurs français Michel André et responsable du programme a rappelé l’importance de cette source de pollution pour les océans et la nécessité de redoubler d’effort pour mieux la prendre en compte dans le cadre des activités humaines.

« La pollution sonore des océans est reconnue aujourd’hui comme l’une des sources majeures de perturbation des écosystèmes marins et une menace de l’équilibre naturel des océans », rappelle le Dr. Michel André, responsable du programme 20’000 sons sous les mers.

« Cette pollution est peu connue du grand public, car invisible et inaudible pour des oreilles humaines. Or elle augmente avec le développement des activités industrielles en mer et se diffuse à très grande vitesse dans tous les recoins de la planète à tel point que pratiquement plus aucune région du globe n’est épargnée », ajoute-t-il.

« Sauf peu-être entre la Polynésie française et l’Australie où les niveaux de bruits enregistrés par l’expédition étaient proches du niveau naturel des océans, soit un niveau de pollution sonore zéro équivalent à celui qui prévalait à l’ère pré-industrielle », précise le Dr Michel André.

En revanche, il en va différemment dans d’autres régions du monde comme sur la Grande Barrière de corail. « Parce que la majorité des organismes vivants qu’on y trouve produisent des sons, cartographier le paysage sonore d’un tel environnement est une manière cruciale pour comprendre les changements en cours », explique le scientifique français.

« Le programme 20’000 sons sous les mers a ainsi enregistré à certains endroits des échantillons de sons qui sont en train d’être analysés et comparés avec l’état de santé des récifs de coraux concernés. On s’attend à ce que cette analyse acoustique et cette comparaison contribuent de manière significative à comprendre l’ampleur des dommages que cet écosystème est en train de subir. »

« Maintenant que l’expédition arrive dans des régions à très fort trafic maritime, nous nous attendons à ce que le niveau sonore augmente de manière significative », ajoute Michel André.

L’escale de Fleur de Passion à Singapour a en outre été l’occasion, pour le scientifique français et l’équipage, d’installer à bord et de tester grandeur nature un nouvel équipement de recueil des sons spécialement conçu pour le programme 20’000 sons sous les mers: une sorte d’aile delta jaune d’une cinquantaine de diamètres sous laquelle est fixé l’hydrophone à proprement parler, et que le voilier traînera derrière lui en navigation, comme avec le précédent hydrophone.

Lors d’une sortie en mer à bord de l’annexe, une session de tests s’est déroulée dans le cadre spectaculaire et unique au monde de ces centaines de cargos, pétroliers, vraquiers, porte-containers et autres au mouillage. Reste maintenant à transformer l’essai entre Singapour et Jakarta.

De premiers enregistrements réalisés dans le cadre de The Ocean Mapping Expedition sont consultables sur http://omexpedition.listentothedeep.com/acoustics/.

L’escale de Fleur de Passion dans la ville-Etat depuis le 13 mars 2018 et l’esprit de The Ocean Mapping Expedition ne passent pas inaperçus. La conférence de presse organisée le lendemain au Republic of Singapore Yacht Club en présence de deux des partenaires scientifiques de l’expédition ainsi que le vice-chancelier de l’Université James Cook, l’un des partenaires de l’escale avec l’ambassade de Suisse, a attiré média locaux aussi bien que correspondants étrangers pour de premières retombées en texte aussi bien qu’en images. En voici une première sélection à mi-escale:

James Cook University

Universitat politecnica de Catalunia

RSI

SRF

The Straits Times

Fullerton Hotel media coverage

AFP Youtube Video

AFP Facebook Post

World news

Her Planet Earth

La Vanguardia

El Periodico

Hydroblog

La Razon

Le Petit Journal