Toutes les News

Quelle aventure! Samedi 20 janvier 2018 au matin, Fleur de Passion a conclu de manière spectaculaire ses quatre semaines d’escales à Cebu/Mactan. Aux petites heures du jour, insigne privilège, le bateau a pris part à la parade navale qui marque le début du Sinulog, commémoration locale monstre de l’arrivée du christianisme dans l’archipel. Au menu, ferveur, encore ferveur et toujours ferveur, mais aussi musique, chants, danse et… très grosse cohue sur l’eau! Pas besoin de longs discours à ce sujet, les photos sont éloquentes. Quelques précisions tout de même…

Dans la nuit de vendredi à samedi, premier bateau étranger à prendre part à l’événement, le voilier a quitté son mouillage au nord-ouest de Mactan et entrepris de contourner l’île par l’est pour rejoindre la zone de regroupement qui lui était assignée par les organisateurs: parmi la flottille des gros bateaux, ferries, remorqueurs et même quelques unités de la Marine philippines. Dans la nuit noire avaient déjà pris place à bord des musiciens et une danseuse obligeamment dépêchés à bord par la municipalité de Lapu-Lapu. Qu’elle soit ici remerciée pour cette initiative qui a ajouté un surcroit de couleur et de rythme sur le pont en mode déjà passablement festif et pavoisé - aux couleurs de la Suisse.

Puis à l’approche de Cebu par le sud, très lentement pour ne pas risquer la mauvaise rencontre avec les minuscules pirogues de pêcheurs (in)visiblement peu concernés par l’événement, Fleur de Passion s’est frayé un chemin avec une infinie prudence tandis qu’en zodiac, une dizaine de passagers supplémentaires étaient transférés à bord par petits groupes: le numéro 2 et le chargé des affaires diplomatiques de l’ambassades de Suisse à Manille, deux bloggers descendus eux aussi de la capitale pour la circonstance, une équipe télé, quelques autres passagers et… deux représentants des Gardes-Côtes philippins chargés de veiller que tout se passe bien à bord.

Progressivement le jour s’est levé, faisant apparaître sur l’eau l’entier - en fait presque…- des acteurs de la parade: en plus des bateaux précédemment cités, des dizaines de bankas - ces longues et fines pirogues à doubles balanciers - pavoisées et surchargées de passagers tout aussi colorés, et surtout chantant et dansant tandis qu’à la proue se relaye une personne brandissant et faisant virevolter dans les airs une statuette du Santo Niño. Le Sinulog commémore en effet le cadeau remis en avril 1521 par Magellan au roi de Cebu et à son épouse en gage de leur conversion au christianisme: une statuette de l’enfant Jésus.

Muni de la sienne fixée sur le roof - cadeau de l’ambassadeur de Suisse aux Philippines lors de l’arrivée du bateau à Cebu en décembre 2017 -, avec ses propres musiciens et « danseuse » et décoré de tout ce qu’il était possible d’accrocher de grand pavois, drapeaux suisses et des cantons helvétiques, Fleur de Passion s’est donc mêlé à la fête. Toujours prudemment, l’équipage a cherché sa place derrière le bateau ouvrant la procession, celui sur lequel un Santo Niño allait ensuite avoir le privilège de descendre à terre et d’y être accueilli par des foules en liesse tout le long d’un parcours mettant la ville en état de siège: de 1  2 millions diront les médias locaux…

Et quand la procession a fait demi-tour à l’approche du premier pont reliant Cebu à Mactan, selon la boucle prévue, des dizaines et des dizaines de bankas supplémentaires jusque-là contenues par les organisateurs de l’autre côté dudit pont ont déferlé comme une nuée d’insectes aquatiques pour se positionner au plus proche du bateau de tête. Extraordinaire mêlée en dehors de laquelle Fleur de Passion a vite essayé de se maintenir pour minimiser les risques de collision. Que d’émotions!

Ainsi, à l’occasion du Sinulog 2018, s’est achevée l’escale de quatre semaines à Cebu/Mactan. Une escale mémorable en des lieux chargés d’une histoire portant la marque très forte d’un homme, Magellan. Que toutes celles et ceux qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à son succès soient ici chaleureusement remerciés.

Ce dimanche 21 janvier 2018, le voilier a repris le large en direction de Puerto Galera, toujours aux Philippines, puis redescendra courant février-mars en direction de Brunei, Kuching, Singapour, Jakarta… A la barre, Amélie, secondée par Camille et Stephen, les marins. A bord, les mousses Manon Jonas rejoints depuis trois jours par Pierrick, et l’éducateur Kader. Et deux passagers, Elisabeth et Daniel.

C’est désormais chose faite! Les deux panneaux solaires dédiés à l’alimentation du nouvel équipement de monitoring des gaz à effet de serre sont en place à bord de Fleur de Passion. Acheminés de France jusqu’à Cebu fin 2017, ils ont été posés par l’équipage début janvier tandis que le voilier naviguait dans les Visayas, la région centre des Philippines. Et précisément au-dessus de la timonerie et du poste de barre, un endroit particulièrement exposé y compris quand le tau de protection du pont est déployé pour se protéger de la chaleur. Les panneaux, eux, ne sont donc jamais couverts et peuvent donner à plein régime. Ainsi l’analyseur de méthane et de dioxyde de carbone du programme The Winds of Change lancé en partenariat avec le Département F.-A. Forel de l’Université de Genève, installé quant à lui dans l’espace de stockage sous le pont à l’arrière du bateau, est-il totalement autonome en termes d’alimentation électrique, ce qui était l’objectif visé.

A vos agendas! La soirée de clôture de l’exposition Notre île aux épices, jeudi 1er février 2018 à la Bibliothèque de la Cité de Genève, sera placée sous le thème de la créativité et de la jeunesse qui voyage, s’aventure et s’invente sa voie, pour ne pas dire… sa voix! Quelques-uns des adolescents ayant embarqué sur Fleur de Passion dans le sillage de Magellan en 2017 dans le cadre du programme socio-éducatif Jeunes en mer en partenariat avec l’association Pacifique liront leur témoignage slamé tandis que des dessinateurs côtoyés à bord (Peggy Adam, Matthieu Berthod, Mirjana Farkas entre autres) illustreront en direct leurs mots façon « slam dessiné » comme il existe des « concerts dessinés ». Et comme ce tour du monde toujours en cours est aussi une affaire de bruits, DJ POL mixera en puisant parmi les sons sous-marins enregistrés dans le cadre du programme scientifique 20’000 sons sous les mer.

Ainsi s’achèvera de manière joyeuse et festive une « aventure dans l’aventure »: cinq mois d’une exposition inaugurée début septembre 2017 et jalonnée de visites de classes, de tables rondes et autres animations à l’attention du grand public. Et qui aura fait flotter sur Genève un subtil de voyage… et d’épices! Ceux, métaphoriques et à l’incomparable valeur, qu’il nous faut réinventer dans une perspective de développement durable.

Horaire: 18h30

Adresse: Places des Trois-Perdrix, Genève

Entrée libre

Belle reprise par les médias romands du lancement du nouveau programme scientifique The Winds of Change sur les gaz à effet de serre en partenariat avec l’Université de Genève, suite à la conférence de presse organisée le 20 décembre à Mactan aux Philippines en présence de Daniel McGinnis, chef du Groupe de physique aquatique du Département F.-A. Forel.
Le quotidien Le Temps avait donné le ton fin novembre, faisant même sa une du projet. Tous les autres titres de la presse ne s’y sont pas trompés non plus, qui on vu là une initiative peu banale de la société civile suisse - en l’occurence genevoise - en matière environnementale. En voici la compilation (cliquez sur le nom du média pour lire l'article):
Le Temps, 23 novembre 2017
Tribune de Genève
24 Heures
Le Matin
Swissinfo
20 Minutes
Le Nouvelliste
La Liberté
Radio Fréquence Jura
Outre la presse philippine elle-même qui a largement relayé plus généralement l’arrivée de l’expédition dans le pays (voir la compilation ici), deux autres reprises assez significatives sont à noter:
Sur un site de référence dédié aux océans, Oceanhub.com
Et sur le site du Ministère français de la transition écologique.
Rarement depuis le départ de Séville escale aura donné lieu à un tel enchaînement d’accueils de différentes natures, de sollicitations médiatiques et offert une telle résonance à The Ocean Mapping Expedition. Il faut dire qu’en arrivant à Cebu puis Mactan, en ce mois de décembre 2017, Fleur de Passion ne faisant pas escale n’importe où mais très certainement à l’endroit de la planète où le voyage de Magellan devait légitimement rencontrer le plus d’écho. Et quel écho!
Après une arrivée technique et administrative au port de commerce de Cebu, le 8, puis un mouillage en baie… de Magellan, tout a véritablement commencé le 19 par une arrivée officielle du voilier au yacht club sur l’île de Mactan, juste en face, pour un accueil en présence de l’ambassadeur de Suisse aux Philippines, SE Andrea Reichlin, et du maire de Lapu-Lapu, Mme Paz Radaza. Et comme Fleur de Passion participera à la parade navale du Sinulog, le 20 janvier 2018 - énorme festival de Cebu qui marque l’arrivée du christianisme aux Philippines -, l’ambassadeur a offert à l’équipage une statuette de l’enfant Jésus en souvenir du Santo Niño remis à l’époque par le navigateur portugais au souverain de l’île en signe de sa conversion, et comme chaque bateau participant au Sinulog en embarque une aujourd’hui.
Le lendemain 20 décembre, ce fut au tour des médias philippins d’être conviés à la rituelle conférence de presse d’arrivée. Quoique plus spécifiquement consacrée cette fois à l’annonce du lancement du nouveau programme scientifique The Winds of Change sur les gaz à effet de serre en partenariat avec l’Université de Genève. Attention soutenue, questions qui fusent et interviews de tout l’équipage une fois à bord pour des quotidiens, des télé, des blogs dont les philippins sont très friands. Voici quelques liens vers les articles, posts Facebook et autres retombées les plus significatives compilées à ce jour:

Zee lifestyle Cebu
Akongsugbu.com
Cebu Daily News
Sunstar.com
Philstar.com
Escooped.com
Balitangbisdak
Bai TV Cebu
https://www.youtube.com/watch?v=Ep8qfw_JUqk
Lapu Lapu City TV
Mayan around town.com
Phliv.com

Le lendemain soir 21 décembre, fidèle à cette autre tradition, l’arrivée de Fleur de Passion a donné lieu à une soirée à bord organisée par l’ambassade de Suisse aux Philippines à l’attention spécifique de la communauté helvétique de la région. Malgré une météo incertaine liée au passage dramatique de la tempête Tembin plus au sud, une cinquantaine de personnes ont répondu à l’invitation en présence de l’ambassadeur, du numéro deux et du consul général ainsi que du responsable des affaires diplomatiques. Et le plaisir d’un tel moment de convivialité le disputait ouvertement au sentiment de fierté d’être associé à une telle expédition aux couleurs suisses.
A propos de couleurs, justement, il n’y avait pas cadeau plus approprié à l’équipage qu’un nouveau et grand drapeau rouge à croix blanche remis par l’ambassadeur (et là c’est l’expédition qui rajoute:) pour remplacer celui, certes vaillant mais passablement éprouvé par les mois de voyage, il est vrai…
En retour, et comme ce fut le cas à chaque escale depuis Séville, un exemplaire numéroté et signé du célèbre dessin spécialement réalisé par Tom Tirabosco pour l’expédition - cette fameuse sirène arborant sur sa tête le Fleur de Passion et avec sur son épaule droite le célèbre navigateur portugais - a été remis à l’ambassadeur en remerciement de son soutien enthousiaste.